Paroles « Prospect and Enslave » (2004)

[English Lyrics here]

Manifesto

Nikkei, CAC 40, Nasdaq font la danse des chiffres
Nouvelle économie, stocks-options, nouvel eldorado
Les médias, si libres et conscients, vendent le credo libéral
Et la masse, sous le charme, applaudit les nouveaux gourous

Je n’ai plus le courage de regarder
Ce monde qui scintille de mille feux (c’est à en pleurer)
J’ai parfois envie de laisser tomber
Mais une petite voix me pousse à gueuler « stop ! »

Chômage, galère, misère – quartiers de relégation
Pour les rejetons exclus de la classe ouvrière
La débrouille, l’arnaque, le trafic sont les seuls horizons
Ils sont à l’image de ce monde pourri par le pognon

Je n’ai plus le courage de regarder
Ce monde qui se délite sous mes yeux (c’est à en pleurer)
J’ai parfois envie de laisser tomber
Mais une petite voix me pousse à gueuler « stop ! »

Je pourrais, cravaté, faire carrière dans la politique
Et vendre mon âme pour un strapontin de cuir
Et prier les pauvres de faire preuve de patience
Car un jour, bientôt, eux aussi, connaîtront l’abondance

Je me refuse encore à abdiquer
A me soumettre ou à en profiter (à chacun sa fierté)
Et si je n’ai plus de force pour lutter
Une petite voix me poussera à gueuler « Fuck ! »

Compétition

Baisse la tête comme un coureur champion du Kilomètre
Prends tes cachetons et soigne bien ta condition
Tu dois être le premier et sortir du peloton
Si tu veux vraiment gravir les échelons

Compét’, compétition – Compétition (x3)
Compét, compétition !

Courage fiston, tu te dois toujours de réussir
Apprends tes cours et songe bien à ton avenir
Tu dois être le premier, major de ta promotion
Si tu veux vraiment gravir les échelons

What a strange world ! / What a crazy-crazy world ! What a strange world !
Is it a human dream, a social tragedy, a capitalist gift ?
What must we do / To block now / The manufacturing of frustration

Bientôt trente ans, il faut se dépêcher de se marier
S’installer, copuler pour fonder un foyer
Où l’on apprendra à sa blonde progéniture
Comment survivre dans un monde aussi dur

Le gouvernement de la peur

On dirait que le soir vient de tomber sur la ville
Comme un habit noir annonciateur de drames de tout style
Une chape de plomb, une sale odeur de sang frais
Un bruit dans le jardin, une ombre derrière la haie

Madame, monsieur, le danger est partout
Il est peut-être déjà chez vous
Nous vous prions d’être vigilants, faites confiance aux policiers

On dirait que le soir vient de tomber sur la ville
On ne voit que des flics qui font des rondes et quadrillent
Les quartiers oubliés où se nichent le désespoir
De ceux que les classes moyennes ne désirent même plus voir

Les marchands de peur gouvernent
A coups de discours sécuritaires !
La chasse aux pauvres est ouverte
On vit un climat de guerre

Madame, monsieur, le danger est partout
Il est peut-être déjà en vous
Nous vous prions de renoncer à vos chères libertés

Yuppie, yuppie, out

Monsieur Agio taffe sans cesse (he’s a trader) / Fait de l’argent avec l’argent (free market for ever) / C’est un middle-class hero (he loves money) / En ces temps de conscience zéro (ground zero)

Il travaille, calcule / Il œuvre et spécule
Indifférent au monde, conscient de son bon droit
Il est à sa place dans ce monde implacable
Il fait partie de la caste et nous sommes tous des Intouchables

Cadre servile et stressé (gimme a pill !) / Chaque jour il se démène (Gimme a reason !) / C’est le prix à payer (What price happiness !) / Pour le confort, la sécurité (what a waste !)

Il travaille, calcule / Il œuvre et spécule
Indifférent au monde, si fier de son labeur
Il est à sa place dans ce monde sans saveur
Où la docilité ouvre la porte du bonheur

La nuit vient de tomber, il lui faut maintenant rentrer
Retrouver sa famille dans son quartier sécurisé
Mais dans la vie, c’est bien connu, on est bien moins protégé
Surtout quand un piaf libre sur sa tête vient de chier

Monsieur Agio ne supporte pas (he’s fucking upset !) / Ces imprévus, ces « je-ne-sais-quoi » (Major disturbance !) / Qui salissent sans distinction (Even the monkeys) / Le crâne de n’importe quel couillon (a Bird shits everyday)

Il gueule, il hurle / Eructe et gesticule
Au milieu de la rue, pathétique, ridicule
Il ne voit pas le bus requis pour les chômeurs
Obligés de taffer pour un RMA de malheur

Quelle mort atroce ! (Poor Mister Agio)
Que le système est féroce ! (Yuppie-Yuppie Out !)

Rogue-state of mind

J’ai tant croisé de gens dont on avait salé les plaies
Dont les cris de colère, entre quatre murs se perdaient
Murs capitonnés d’un HP, suintants d’une usine à progrès

J’ai tant croisé de gens à l’existence chaotique
Tendant la main pour obtenir un peu de ce putain de fric
De ceux qui, mieux lotis, se refusent à croiser leur regard

J’ai tant croisé de gens à l’arrogance non feinte
Accumulant les biens pensant conjurer ainsi la crainte
De se retrouver, un jour seuls, face à leur vacuité

J’ai tant croisé de gens dont l’idéal de vie
C’est travail, famille, et le samedi, faut pousser le caddie
Et trouver cela normal et voter quand c’est permis

J’ai tant croisé de gens qui refusaient de se poser
La question existentielle qu’on n’entend jamais à la télé
Qui suis-je, où vais-je existerais-je sans ce satané porte-monnaie ?

Watrin (1886)

Bienvenue à Decazeville, ses mines de fond et son cimetière
Où les gueules noires viennent de sortir les drapeaux de la colère

Ecoutez cette histoire, Méditez ce récit
Ecrit en rouge et noir, Sur fond de misère et de cri

Dans les taudis pouilleux, on se partage un quignon de pain
La Compagnie s’en moque, on nous traite comme des moins que rien

Mais Watrin, l’enfoiré, n’en a cure
Il touche un pourcentage sur les baisses de salaire
Il ne veut pas causer aux grévistes rassemblés
Mais les gueules noires ne veulent pas se laisser faire
Ce ne sont pas des chiens dont on botte le cul
S’il ne veut pas entendre, alors il n’entendra plus

La fenêtre est ouverte, Watrin se fait valdinguer
C’était un vrai voleur mais il ne savait pas voler

Et si pour conclure, faut donner une morale à cette histoire
C’est que le plus mécréant n’était pas une gueule noire.

L’argent

Banquer, raquer, toujours payer – garde un œil sur le tiroir-caisse ! Passe la monnaie, banquer, raquer – regarde la Bourse et serre les fesses !
Tout se négocie et s’achète, aucun temps mort pour le racket
Tout se brade et tout se calcule, se joue en bourse et s’accumule
Devant l’argent tout le monde bave, se voit en spéculateur
C’est la folie, c’est la curée, tout le monde veut faire son beurre

Banquer, raquer, toujours payer – garde un œil sur le tiroir-caisse ! Passe la monnaie, banquer, raquer – regarde la Bourse et serre les fesses !
Grâce à la magie d’Internet, suivez les cours instantanément
Faut toujours être aux aguets, prêts à bondir, pour ramasser la mise
Tout se deale et tout se vend, y’a pas de répit avec l’argent
La vigilance est nécessaire si tu veux éviter d’avoir le cul à l’air

Le nez dans les étoiles / Crier son amour au vent
Caresser un pétale / Et dormir un moment

Banquer, raquer, toujours payer – garde un œil sur le tiroir-caisse ! Passe la monnaie, banquer, raquer – regarde la Bourse et serre les fesses !
Si tu veux vivre heureux, il faut placer tes sous
Faire du pognon avec du pognon, telle est la nouvelle religion
Si tu veux être reconnu, il te faut accumuler
Des conneries, des marchandises, tout ce qui peut rendre envieux

Banquer, raquer, toujours payer – garde un œil sur le tiroir-caisse ! Passe la monnaie, banquer, raquer – regarde la Bourse et serre les fesses !
Tu peux bailler aux corneilles, mais le temps c’est de l’argent
Ta posture est ridicule et sans espoir, l’avenir radieux sera mercantile
Oublie tes vieilles idées et rejoins vite la curée
Car depuis qu’le monde est monde, d’l’argent y’en a pas pour tout l’monde !

Libérer de l’espace, Conquérir un peu de temps
Se regarder dans la glace, et se voir autrement
Qu’en imbécile heureux bouffi par son orgueil
Qu’il a placé au creux de son portefeuille
Libérer de l’espace et se battre constamment
Se regarder dans la glace, et se sentir vivant

Progrès ?

De la pierre polie aux centrales nucléaires
A la bombe-miracle qui repousse la poussière
Y’a pas de mystère, Adam l’humain
A accompli un sacré bout de chemin

Glorifions le progrès qui apporte tant de choses
OGM, digicode et sauce madère en poudre
Prosternons-nous devant tant de génie
Prosternons-nous et crions « Vive Dieu, le Kapital et Nous ! »

Assujetti aux écrans cathodiques
Flicage ultime de nos vies pathétiques
Nous vivons le monde par procuration
Incapable sans image de connaître l’émotion

Glorifions le progrès qui apporte tant de choses
DVD, digicode et sauce madère en poudre
Prosternons-nous devant tant de génie
Prosternons-nous et crions « Vive Dieu, le Kapital et Nous ! »

Glorifions le progrès qui apporte tant de choses
Et qui fait fonctionner toutes ces usines à rêves
Sans elles nous sombrerions dans la névrose
Et la névrose, c’est mauvais pour Dieu, le Kapital et Nous !

Not thinking, just sinking

You plead everyday for a world without homelessness
You plead everyday for a world without crimes and sadness
You plead everyday for reasonable capitalism
You plead everyday for virtuous management
You help the poor, it’s your charity business
You envy the rich men, it’s your social problem
You plead everyday but do you really understand
You want to change the world but you refuse to pay for it
But have you heard that voice ?
We are not thinking, we are sinking

We are not thinking, we are sinking
Without pride or decency
We are not thinking, we are sinking
With our greedy way of life

You help the poor, it’s your charity business
You envy the rich, it’s your social problem
You plead everyday but do you really understand
You want to change the world but you refuse to pay for it

We are not thinking, we are sinking
Without pride or decency
We are not thinking, we are sinking
With our greedy way of life

OP. Iraqi free oil / Prospect and enslave

Sleep tight my girl, don’t be scared of the noise made by the planes over your head
Sleep tight my Boy, don’t be scared of the noise made by the planes over your head
A scripture in the sky proclaims “Freedom for all”
But in these disturbed times, I’ve red “Free oil for us”

I – Au nom du père, du fils et du Saint-Esprit
Au nom d’un Dieu omniscient, de la couleur de l’argent
Au nom de la civilisation chrétienne et mercantile
Une main sur la bible, l’autre sur le divin baril
Au nom du père, du fils et du Grand Kapital
Du rouleau-compresseur appelé néo-libéral
Au nom de la civilisation du béton et du verre
De la culture jetable qui envahit l’univers
Chorus : Prospect and enslave (x4)

II – Au nom du Fonds monétaire international
De la Banque mondiale, des multinationales
Au nom des caddies à remplir, des pensées à occuper
De la sacro-sainte loi mortifère du marché
Au nom de l’intérêt général, généralement particulier
Particulièrement pour celles et ceux dont c’est le métier
D’exploiter, d’humilier et de bomber le torse
Face aux gueux qui s’opposent au royaume du Négoce
Chorus : Prospect and enslave (x4)

III – Au nom des bénéfices à faire et du taux de profit
De la conquête des terres et de la théorie
Du travail qui rend libre et donne la dignité
A condition bien sûr de ne pas en crever
Au nom du droit à polluer, à tout marchandiser
Rien ne doit échapper à l’emprise du marché
Qui enserre, qui aliène la planète entière
Et transforme la critique en slogan publicitaire
Chorus : Prospect and enslave (x4)

IV –Au nom des pères humiliés, bouche tue, tête baissée
Au nom des mères, aphones, d’avoir trop crié
Au nom des enfants qu’on enterre d’avoir tant jeûné
D’avoir tant attendu le soin approprié
Le bonheur des uns fait la misère des autres
Je hais les requins qui, dans le luxe, se vautre
L’hédonisme à deux balles vendu avec code-barre
Notre liberté, mon Frère, a le goût du cadavre